23/09/2003

ULB chérie

Ca faisait longtemps. Ca me manquait pas. L'ULB et son incompétence est de retour.
La nouvelle du jour : ils me veulent comme assistante radio, télé et presse écrite. On doit être une douzaine à être réquisitionnés pour chapeauter les 1ères Licences.
Je ne pensais pas qu'ils me contacteraient car je ne suis pas une bête en radio (et il s'agit surtout d'assistance en radio). Et même, je n'espérais pas trop car c'est quand même prenant. Ben non, ça me tombe dessus. Bon, en soit, passons.
Mais là où ça devient ulbéen, c'est dans la façon de faire ! Parce que BIEN SUR c'est la veille de la formation qu'on me prévient ! et qu'on me demande de me libérer de mon stage. Et encore, on me prévient...façon de parler. On appelle une de mes copines, qui elle-même m'appelle car on n'arrive pas à me joindre. Ah ? ben j'ai pourtant un fixe avec un répondeur. "Ah oui, mais le message est tellement bizarre que j'étais pas sûr d'être chez toi." Evidemment, je donne des faux numéros à l'ULB, hein, ça va de soi.
Et, est-ce que c'est une raison d'attendre la veille pour me faire prévenir ??? Bon sang, quoi ! c'est pas un self-service !!! Mais ça m'énerve cette propension de l'ULB à croire que les étudiants sont à disposition, à SA disposition, à croire qu'ils n'ont pas d'autre vie que l'unif !!! Mais ça m'énerve !!!!
Alors, je rappelle l'ULB, je demande en quoi ça consiste d'être assistant, en quoi ça engage, quel temps ça prend, etc... Et là, réponse évasive du mec pour qui c'est pas grand-chose..."Et puis, vous êtes payés, hein". D'accord, et on te donne une rallonge pour ton mémoire ????????? Moi, je suis réticente, je demande des détails, je voudrais pouvoir y réfléchir. "Oui, mais tu sais, vous êtes désignés par les professeurs...vous n'avez pas vraiment à accepter ou non." Ah bon ? Eh bah, c'est un pompon de plus au bonnet, ça !
Bon, je râle, je ne sais pas vraiment si j'ai raison, si j'ai tort. La fait d'être choisie fait toujours plaisir, faut pas le nier. Et, je sais que ça peut-etre une expérience intéressante, et peut-être même un atout dans la bataille à la recherche d'un job plus tard. Mais ce que je ne supporte pas, c'est la façon de procéder de l'ULB. Toujours à la bourre, toujours à la masse, toujours rien à foutre de tout.
Un peu de respect, bon sang et un minimum d'organisation !

Pas la peine que je m'énerve. Je la ferai l'assistante, et je ferai les travaux qu'on a à rendre, je réussirai mes examens, et mon mémoire sera rendu à temps. J'aurai du temps à consacrer à mon amoureux, je gèrerai l'appart et je sortirai. Et je classerai les priorités dans l'ordre que J'aurai décidé, c'est-à-dire "amoureux, mémoire, examens" à égalité.
J'ai pas une tête de p'tite joueuse. Et faut pas m'énerver !

13:04 Écrit par C | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

euh > Oui, mais tu sais, vous êtes désignés par les professeurs...vous n'avez pas vraiment à accepter ou non.

Ils ont le droit de cuissage aussi?
Qu'est-ce que c'est que cet outrepassage de droit?

Tout compte fait, suis bien contente d'avoir fait mes études dans une petite faculté indépendante, ou le contact avec les profs (même si il y a toujours une partie de cons) était plus cordial et amical ...

Écrit par : jimich | 24/09/2003

Révélation Et moi qui t'avais toujours pris pour un homme ! Ah, quelle tromperie ce monde virtuel !!!!
'fin, heureuse que tu sois "contente". ;o)

Écrit par : Cécile | 25/09/2003

Les commentaires sont fermés.