16/09/2003

Le féminin du masculin

Hier soir, dans mon lit, je pensais. A tout et à rien, à je ne sais quoi. Et cette expression qui flottait "la part de féminité de l'homme". Elle me trottait dans l'esprit, comme ça, sans raison (du moins apparente). Mais elle m'agaçait, me tiraillait. Sourcils froncés, je sentais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Ca ne pouvait plus durer, alors je l'ai chopée et on s'est entretenue toutes les deux.
"La part de féminité de l'homme", ça veut dire quoi ? C'est ce que l'homme a de féminin. Donc ce sont les qualités que les hommes ont, alors qu'elles sont généralement attribuées aux femmes. Ca va être, par exemple, avoir besoin de tendresse, de douceur, être pourvu de sensibilité, voire même de subtilité (hi, hi, interprétation perso pour ce qui est du dernier :-) ). Et ces qualités, dites exclusivement féminines, on les retrouve dans l'homme. DONC elles ne sont PAS exclusivement féminines. L'homme les a naturellement en lui, il ne copie pas ça sur la femme. Il ne les lui a pas pris.
Sans compter, qu'en toute logique (mais c'est réducteur), le masculin est par définition le non-féminin. Comment le non-féminin pourrait avoir du féminin en lui ???
Bon, je suis d'accord que je prends les choses au pied de la lettre. Qu'on parle de "part de féminité dans l'homme" par simplification languagière. Mais c'est avec ce type de pensées, ces catégorisations du cerveau, qu'on en vient à se poser de mauvaises questions et à penser de travers.

13:32 Écrit par C | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Philosote Ayé... une rechute....

Écrit par : L@urent | 16/09/2003

meuh mal à ma tééééééteeeeuuuhh

Écrit par : jimich | 16/09/2003

J'aaaaaadore... ...ton raisonnement ! Faut dire, je me suis prise la tête pendant un an avec une candi en philo (c'est joli le jeu de mot, philosote, de Laurent), et je remets le couvert cette année, alors... Mais tu as parfaitement raison : c'est à force de faire des catégorisations, de dualiser entre noir et blanc, homme et femme, toi et moi, qu'on oublie ce qu'il y a de COMMUN entre nous, qu'on oublie ce qui nous lie, nous rend semblables.

Bonne m... pour ton mémoire... surtout dans une université aussi bien organisée ! Vraiment, je compatis ! (rires)

Bisous, bonne journée !

Écrit par : Yeshe | 17/09/2003

pas mal... J'aime beaucoup ce type raisonnement..

Écrit par : Jacko | 19/01/2006

Les commentaires sont fermés.